Afficher le menu Masquer le menu

Vous avez dit « sonorine » ?

L’Adresse Musée de La Poste vient d’enrichir ses collections par un objet insolite de 1907 dans le domaine de la correspondance, ainsi qu’une affiche publicitaire : le phonopostal et... ses sonorines.

En 1907, une société anonyme des phonocartes installée dans le 13e arrondissement de Paris invente une machine parlante à disque, le phonopostal. Cet appareil est destiné à enregistrer et à reproduire la voix humaine à l’aide d’une feuille de carton affectant la forme d’une carte postale, la sonorine. Ainsi, le créateur, M. Armbruster, artiste peintre et les réalisateurs, Marotte, Brocherioux et Tochon ont l’idée de remplacer le cylindre enduit de cire des phonographes ordinaires par une feuille de carton transmissible comme une carte postale. La sonorine, carte postale parlante et illustrée peut contenir 50 à 60 mots. Au dos de la sonorine, des photos sont imprimées. Celles acquises par le musée représentent des portraits de jeunes femmes. Le mode d’enregistrement consiste à parler dans un petit cornet mis en contact avec l’enregistreur, qui est une pointe de saphir qui creuse dans une couche sensible répandue à la surface de la carte. La sonorine ne pouvait être lue par le destinataire que sur un phonopostal. Il semblerait que cette nouvelle correspondance verbale n’a jamais été utilisée.

Le phonopostal et ses sonorines, 1907 © L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste.

Recevez les billets du blog par courriel :