Afficher le menu Masquer le menu

Vous avez dit « maquette de timbre-poste » ?

Avant d’être gravé et imprimé, le petit tableau en miniature qui sert à affranchir les lettres, est dessiné sur un support six fois plus grand que le timbre ... La Poste utilise différentes techniques d’impression pour la fabrication des timbres-poste. Celles-ci ont évolué au fil du temps. La typographie laisse la place dans les années 1930 à la taille-douce, que remplace progressivement la GAO, tandis que l’héliogravure se voit décerner de plus en plus d’émissions en ce début de XXIe siècle.

Une chose perdure néanmoins depuis 1849, date du premier timbre-poste français : l’étape du dessin préparatoire. La Poste demande pour chaque émission, à un ou plusieurs artistes, un dessin puis, parmi tous les projets qu’elle reçoit, elle en retient un seul, la maquette définitive, à partir de laquelle est réalisé le timbre-poste. Ainsi, de nombreux dessinateurs, artistes peintres, sculpteurs ont pu voir leurs oeuvres « miniaturisées » et diffusées à des milliers d’exemplaires. Parmi les plus célèbres : Miro, Dali, Alechinsky, Soulages, Trémois ... puis, Decaris, Cheffer, Gandon, Serres ...

Conservées à l’Adresse Musée de La Poste, ces oeuvres constituent aujourd’hui un fonds unique, enrichi tous les ans, comptant plus de 10.000 pièces. À cet ensemble s’ajoutent les illustrations des documents philatéliques officiels qu’édite La Poste depuis 1973 ainsi que certaines émissions des DOM TOM et des colonies françaises.

Pour en savoir plus : la base de données de l’Adresse Musée de La Poste.

Maquette du timbre-poste « Armistice 1914-1918 », dessinée par Patrice Serres, 2008 © L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste.

Recevez les billets du blog par courriel :