Afficher le menu Masquer le menu

Vous avez dit « Boule de Moulins » ?

« Boule de Moulins »... cela évoque vaguement quelque chose, mais encore ? Qu’est-ce qu’une boule de Moulins ? C’est une invention. En 1870, alors que Paris est encerclé, les ingénieurs Louis-Emile Robert, Pierre-Charles Delort et un certain Vonoven ont l’idée de fabriquer un moyen de transport des correspondances vers la capitale, par la Seine. Dans des boules en zinc, inoxydable à l’eau, fermées aux deux extrémités par un couvercle soudé, munis de 12 ailettes en métal leur permettant de tourner sur elles-mêmes, comme une roue à aubes, sont enfermées 400 à 600 lettres. Dès décembre 1870, en accord avec la Poste, les lettres à destination de Paris passant par ce moyen de transport sont rassemblées à Moulins, dans l’Allier, la ville donnant son nom aux boules. Ces dernières, remplies et fermées, sont alors déposées dès le 4 janvier 1871 dans la Seine, en amont de Paris, vers Bray-sur-Seine. Les rigueurs de l’hiver, les méandres du fleuve et la vase ont raison de l’expérience. Aucune boule ne parvient à Paris dans les jours suivant leur immersion ; le service est suspendu le 28 janvier. Après la guerre, les premières boules sont récupérées en mars 1871 ; une vingtaine jusqu’en 1882. La dernière a été repêchée à Vatteville-La-Rue en 1982. Elle contenait 306 lettres, dont 62 à destination de soldats cantonnés dans la capitale.

Photo : Boule de Moulins retrouvée lors d’un dragage à Saint-Wandrille en 1968, conservé aujourd’hui dans les collections permanentes © coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste.

Recevez les billets du blog par courriel :