Afficher le menu Masquer le menu

Un bloc qui retable sur l’art sacré

Authentique oeuvre d’art, le retable d’Issenheim, réalisé il y a exactement cinq siècles, fait aujourd’hui l’objet d’un bloc de trois timbres. Il sera émis dans quelques jours, le 15 juin, dans le cadre du Salon du timbre, qui se tient au parc Floral de Paris du 9 au 17 juin.

Il y a cinq siècles, le sculpteur Nicolas de Haguenau et le peintre Mathis, dit Grünewald, réalisaient un retable devenu célèbre pour la commanderie des Antonins - un ordre religieux consacré à Saint Antoine - d’Issenheim, un village proche de Colmar. A l’occasion de cet anniversaire, La Poste émet le 15 juin, dans la série artistique, un bloc de trois timbres représentant les trois saints sculptés sur ce retable : Saint Augustin, Saint Antoine et Saint Jérôme. C’est la tradition dès le Moyen-Age de poser une image sur la table d’autel, retro tabulam en latin, qui a donné naissance au mot. Mais c’est à partir du XVIe et au cours des XVIIe et XVIIIe siècles que les retables deviennent de véritables oeuvres d’art.

Le retable d’Issenheim est aujourd’hui exposé dans la chapelle gothique attenante au cloître de l’ancien couvent des Dominicaines, devenu depuis musée d’Uterlinden. (RP)

Bloc « Le retable d’Issenheim », mise en page Sarah Lazarevic, impression offset, 3 timbres verticaux, vente indivisible, valeur faciale 5 euros. Timbre disponible à compter du 18 juin à l’espace Timbres de l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15e.

Recevez les billets du blog par courriel :