Afficher le menu Masquer le menu

Levée des boîtes samedi prochain

Elles avaient pris leurs quartiers à l’Adresse Musée de La Poste mi-avril. Et s’apprêtent, leur mission accomplie, à « libérer » les lieux. Ambassadrices de leur village d’origine, Saint-Martin-d’Abbat, elles ont, en effet, parfaitement rempli leur rôle : grâce à elles, des milliers de visiteurs localisent désormais cette petite commune du Loiret. Et beaucoup d’entre eux projettent même de les revoir sur place, dans leur environnement « naturel ».

Elles ? Les boîtes aux lettres « customisées » depuis une quinzaine d’années par les habitants du village et présentées au musée dans le cadre de l’exposition Facteurs factices. Humour, originalité et ingéniosité forment les marques de fabrique de ces objets usuels devenus oeuvres d’art populaire. Chaque habitant qui a participé au projet y a mis du sien. Au propre comme au figuré. En réalisant l’objet lui-même, et à travers le thème choisi, qui dévoile un peu de la personnalité de son concepteur. L’amoureux de la montagne a reconstitué un paysage alpestre, le mordu de mécanique a utilisé un moteur, l’entrepreneur de travaux a imaginé un chantier, le musicien un accordéon, le breton exilé un phare... A côté de ces boîtes aux lettres (pour la plupart exposées sous forme de photos) figurent également des vélos de facteurs, là-encore entièrement revisités par les habitants de Saint-Martin-d’Abbat. Ces derniers s’exprimant sur leur démarche et leurs motivations dans un film présenté en fin d’exposition. A voir ou à revoir... mais seulement jusqu’à samedi. (RP)

Facteurs factices, jusqu’au 27 août, salles 13, 14 et 15, L’Adresse Musée de La Poste, Paris.

Recevez les billets du blog par courriel :