Afficher le menu Masquer le menu

L’accident de l’Aéropostale du 29 janvier 1988

Dans la nuit du 28 au 29 janvier 1988, un Vanguard de la compagnie Intercargo transportant du courrier de la région toulousaine pour l’Ile-de-France s’écrase au décollage à Toulouse-Blagnac. Si l’équipage, choqué, est cependant sain et sauf - seul le commandant fut légèrement blessé - , les 5,9 tonnes de courriers ont subi de très sérieuses destructions. Les 670 kg de Chronopost ont été détruits à plus de 60 %, Plusieurs centaines de plis sont partis en fumée - l’appareil ayant en partie brûlé - et des milliers de lettres et colis jonchent la piste de décollage. Ils seront récupérés, expédiés pour les plis sains, réparés pour les plis très abimés et confiés aux rebuts pour une grande majorité.

Au final, 2300 kg ont été récupérés, mais seuls 20 % ont été expédiés. Deux griffes marqueront le courrier de Toulouse : « Courrier retardé » et « courrier détérioré ». Ce sont deux lettres détériorées - de la collection de Lucien Bridelance, ancien président de l’Union Marcophile, récemment décédé - qui ont été données aux collections du musée par la Société des Amis du Musée de La Poste. Un des nombreux dons régulièrement effectués par les Amis (LA).

Lettre de l’accident du 29 janvier 1988 © Don de la SAMP, L’Adresse Musée de La Poste, Paris.

Recevez les billets du blog par courriel :